Le nucléaire est-il une énergie renouvelable ?

Les énergies renouvelables sont, à raison, considérées comme un atout pour lutter contre le réchauffement climatique car faiblement émettrices de gaz à effet de serre. Pourtant le nucléaire est aussi une énergie bas carbone en émettant 4 fois moins de CO2 que le solaire, 2 fois moins que l’hydraulique et autant que l’éolien. Alors le nucléaire peut-il faire partie de ces énergies considérées comme renouvelables ? On peut se poser la question.

Qu'est-ce qu'une énergie renouvelable ? 

nucléaire ernergie renouv 4Une énergie renouvelable se renouvelle en permanence. Elle est considérée comme non épuisable à l’échelle du temps. Les sources des énergies renouvelables - le soleil, la terre, le vent - sont certes inépuisables, mais disponibles de manière intermittente.

En France, les énergies renouvelables représentaient 27 % de la consommation d’électricité en 2020 (source RTE). Si ce chiffre affiche un record historique, il reste encore peu élevé. Le Président Macron a annoncé le 10 février 2022 qu’il entendait doubler la production d’électricité issue des énergies renouvelables d’ici 2030 et de « l’augmenter encore davantage d’ici 2050 ». Le plan France 2030 consacrera 1 milliard d’euros à l’innovation sur les énergies renouvelables.

5 types d’énergies renouvelables sont recensés

Energie éolienne
L’énergie éolienne : moulins à vent, éoliennes terrestres et maritimes 
Energie solaire
L’énergie solaire : photovoltaïque, thermique ou thermodynamique 
Energie hydraulique
L’ énergie hydraulique : barrages, marées, courants marins, etc. 
La biomasse
La biomasse : la combustion, la gazéification, la pyrolyse, la méthanisation 
La géothermie
La géothermie : par l’extraction d'énergie dans le sol 

L’énergie nucléaire est-elle renouvelable ?

Une énergie de stock

Energie de stockL’énergie nucléaire est produite à partir de l’uranium qui est un minerai naturellement radioactif. Cette ressource abondante se trouve sur les cinq continents et notamment en Amérique (Canada, Brésil, États-Unis), en Europe (Ukraine, Russie), en Asie (Kazakhstan, Ouzbékistan, Chine, Mongolie), en Océanie (Australie) et en Afrique (Niger, Namibie, Afrique du Sud).

Si l’uranium est une ressource présente en abondance sur la planète, elle n’est toutefois pas inépuisable. Elle ne se reconstitue pas dans les mines. C’est pourquoi on parle d’énergie de stock car une fois le stock épuisé alors il n’y a plus d’énergie disponible. 
En revanche, l’uranium se recycle et pourrait rentrer dans la catégorie des « énergies recyclables » si cette dernière existait. (voir ci-dessous)

Le saviez-vous ? 
Présente à hauteur de 2 à 3 g par tonne dans la croûte terrestre et 3,3 mg par tonne dans l’eau de mer, l’uranium est une ressource bien plus abondante 
que l’or ou l’argent, mais pas illimitée.

Une énergie fissile bas carbone 

Une énergie fissile bas carboneA la différence des énergies fossiles (gaz, charbon, pétrole), sources d’émissions de CO2, le nucléaire est une énergie bas carbone. Elle est considérée comme une énergie fissile, c’est-à-dire résultant de la fission des atomes situés au cœur des réacteurs nucléaires, produisant une réaction en chaîne puissante qui sert à alimenter les réseaux électriques en continu. 

Une énergie recyclable

Energie recyclableSi le nucléaire n’est pas une énergie renouvelable, elle est néanmoins recyclable. Grâce aux technologies d’Orano, uniques au monde à l’échelle industrielle, 96 % du combustible nucléaire usé dans les réacteurs est recyclable. Le MOX, cet assemblage issu du recyclage de combustibles usés, a déjà alimenté 44 réacteurs dans le monde.  En France, une ampoule sur 10 fonctionne grâce à du combustible nucléaire recyclé. 

Énergies renouvelables + nucléaire : le mix idéal ?


Renouvelable + nucléaireEn 2021, le GIEC a rendu son nouveau rapport d’évaluation, la RTE a publié ses 6 scénarios pour atteindre l’objectif de neutralité carbone en 2050 et la COP26 s’est tenue à Glasgow autour de 200 États membres. Le constat est clair : pour contenir le réchauffement climatique à + 1,5°C, il faut sortir des énergies fossiles et réduire nos émissions de gaz à effet de serre. 

La production d’électricité bas carbone est stratégique pour faire face à l’urgence climatique. La production d’électricité est aujourd’hui la première source de CO2 dans le monde en raison de l’utilisation d’énergies fossiles (charbon et gaz) et les besoins en électricité à l’échelle mondiale vont doubler d’ici à 2050. Si les énergies renouvelables présentent de nombreux avantages, elles ne peuvent répondre seules aux besoins énergétiques, existants et futurs, de 8 milliards de terriens. 

C’est en complément d’une énergie bas carbone, puissante et pilotable à la demande telle que l’énergie nucléaire, que les énergies renouvelables représentent un atout pour le climat. Opposer nucléaire et renouvelables paraît stérile, les associer apparaît comme l’une des perspectives les plus raisonnables pour l’avenir.

  • Le parc nucléaire mondial fournit près de 10,3 % de l’électricité produite dans le monde. On compte 444 réacteurs nucléaires en fonctionnement, répartis dans 32 pays.
  • Selon RTE, la consommation d’électricité va passer de 25 % de la consommation totale d’énergie à 55 % en 2050. 
  • 1 g de plutonium ou 100 g d’uranium naturel ont le même potentiel énergétique qu’une tonne de pétrole !
  • Avec un seul kilo d’uranium enrichi, on produit autant d’énergie qu’avec 160 tonnes de charbon
  • 53 % des Français considèrent que le nucléaire est essentiel pour l’indépendance énergétique de la France (source : enquête BVA/Orano - mai 2021)
En cliquant sur « J'accepte les cookies », vous acceptez l'utilisation des cookies pour améliorer la navigation sur le site, analyser son utilisation et établir des statistiques. Pour plus d’informations, lisez notre Politique Cookies dans nos mentions légales