ORANO_NORMALE_ACTIVITY_BANNIERE

La saga « Normale Activity »

Aujourd’hui, de nombreuses fake news à propos du nucléaire sont diffusées sur les réseaux sociaux. Des contenus volontairement angoissants qui s’appuient sur des récits qui surfent sur le complotisme : images en noir et blanc, données non scientifiques attestées, narration très personnelle, tonalité anxiogène, etc.

A travers trois vidéos, intitulées « Normale Activity », nous souhaitons lutter contre les fausses informations, en reprenant ces codes visuels et ces effets éditoriaux qui reposent sur des éléments subjectifs.  Des réalités vérifiées et vérifiables s’opposent à ces contre-vérités et sont visibles en fin de vidéo sans effets stylistiques. C’est un principe créatif à visée pédagogique et humoristique.

Evidemment, aucune étude ne prouve l’existence de déchets nucléaires dans les hamburgers. La vapeur d’eau qui s’échappe des tours de refroidissement ne permet pas d’entrer en contact avec des extra-terrestres. Elles ne sont pas non plus des pyramides dans lesquelles on fait des offrandes à Râ. Les employés du nucléaire n’ont pas de troisième œil…

Ces allégations délirantes sont utilisées uniquement dans un but créatif.

Nous confrontons à ces éléments des sources fiables : toutes les données exposées en fin de vidéo, pour « revenir à la réalité », sont des faits, assorties de preuves, que nous listons pour chaque thématique.

Episode 1 #Lesdéchetsnucléaires

@EMO
  • On parle de déchet quand il n’y a plus aucune utilisation possible. A la différence d’une matière valorisable qui, elle, peut-être recyclée et réutilisée.
  • En France, tous les déchets radioactifs sont répertoriés et localisés. Ils sont triés et conditionnés de façon sûre et stable, selon leur niveau de radioactivité et leur durée de vie. Ils sont ensuite entreposés temporairement et stockés définitivement. Consulter l'inventaire de l'ANDRA
  • 90 % du volume des déchets radioactifs produits en France sont stockés en toute sûreté dans des centres dédiés, opérés par l’ANDRA (Agence Nationale pour la gestion des déchets radioactifs). Ce sont des déchets de très faible, faible et de moyenne activité à vie courte.
  • Pour les 10 % restants (déchets de faible et moyenne activité à vie longue et de haute activité), l’ANDRA progresse dans la mise en œuvre de filières de gestion définitive, avec notamment, pour les plus actifs, la création d’un centre de stockage à 500 m de profondeur, dans une formation géologique stable, capable de confiner la radioactivité sur de très longues échelles de temps. Consulter le projet de stockage des déchets nucléaires Cigéo (cigeo.gouv.fr)
  • Les déchets de Haute Activité issus du recyclage des combustibles nucléaires usés ne représentent que 0,2 % du volume total des déchets radioactifs produits en France.
  • En France, les déchets nucléaires représentent une quantité faible : 2 kg/an/personne. Par comparaison, les déchets industriels, c’est 13,8 tonnes et les déchets toxiques industriels, 100 kg.
  • 5 g/an/habitant, c’est la quantité de déchets très radioactifs produits en France, soit le poids d’une pièce de 20 centimes d’euro.
En cliquant sur « J'accepte les cookies », vous acceptez l'utilisation des cookies pour améliorer la navigation sur le site, analyser son utilisation et établir des statistiques. Pour plus d’informations, lisez notre Politique Cookies dans nos mentions légales