L’historique du projet

La création d’une nouvelle usine d’enrichissement sur le site du Tricastin, nommée Georges Besse 2, a permis de remplacer l’usine historique d’enrichissement Georges Besse d’EURODIF, exploitée depuis 1974, et mise à l’arrêt de production en juin 2012

La construction de l’usine Georges Besse 2 s’est déroulée sur une dizaine d’années, avec une mise en production progressive de 2011 à 2016. 

Le projet Georges Besse 2 (y compris son extension) a déjà fait l’objet d’un débat public en 2004 puis d’une enquête publique en 2006. Compte tenu du contexte international de l’époque, la première demande d’autorisation a porté, en 2006, sur 7,5 MUTS/an avec une possibilité d’étendre à 11MUTS/an en fonction de l’évolution du marché de l’enrichissement, par contre dès le départ l’étude d’impact incluait une capacité de 11 MUTS/an. 
L’Unité de Travail de Séparation (UTS) est l’unité de mesure utilisée comme standard international pour quantifier la production de l’activité enrichissement qui permet d’alimenter annuellement de l’ordre de 70 réacteurs dans le monde.
Construction de l'usine Georges Besse II (GB II) nord. Octobre 2009 © Orano - Nicolas Petitot
Usine d'enrichissement Georges Besse II Nord (GBII Nord) sur site Orano Tricastin © Orano -
En cliquant sur « J'accepte les cookies », vous acceptez l'utilisation des cookies pour améliorer la navigation sur le site, analyser son utilisation et établir des statistiques. Pour plus d’informations, lisez notre Politique Cookies dans nos mentions légales