Orano menu

Tricastin

La plateforme industrielle Orano Tricastin, située sur les départements de la Drôme et du Vaucluse, regroupe l’ensemble des activités de chimie (conversion, défluoration et dénitration), et d’enrichissement de l’uranium. Ces activités précèdent l’étape finale de la fabrication des assemblages de combustibles destinés aux réacteurs des centrales nucléaires du monde entier.

Orano Tricastin : un site de pointe au plan environnemental

La surveillance environnementale

Le réseau de surveillance

Organisée par le Réseau de Surveillance de l’Environnement (RSE), les mesures effectuées sur le site et ses abords contrôlent l’efficacité des actions de réduction des rejets gazeux et liquides. Les résultats, notamment de radioactivité, sont communiquées régulièrement aux autorités de tutelle, ainsi qu’aux partie prenantes : riverains, associations, élus, commissions d’informations, etc.

• 300 points de prélèvements.
• 28 000 analyses effectuées par an : eaux, air, sédiments, végétaux, poissons…

Des prélèvements et des moyens conséquents

La surveillance atmosphérique et les analyses relatives à la chaîne alimentaire sont réalisées par une équipe interne dédiée, et également par des laboratoires accrédités, agréés et audités périodiquement. Orano Tricastin est membre du réseau National de Mesures de la radioactivité et de l’Environnement (RNME).


● La gestion des rejets des installations
Parfaitement identifiés et caractérisés, tant par la nature que par les quantités émises, les effluents sont contrôlés et traités avant.

● Les rejets gazeux
Issus de procédés produits au niveau des différentes étapes de l’exploitation, mais aussi de l’air de renouvellement des réseaux de ventilation générale des bâtiments, les effluents gazeux sont filtrés avant rejet dans l’atmosphère.

● Les rejets liquides
Qu’il s’agisse des effluents de procédés, des eaux de refroidissement, des eaux usées sanitaires ou des eaux pluviales, l’ensemble des effluents liquides font l’objet d’un traitement spécifique, de prélèvements et de contrôles avant rejet dans le Rhône via le canal de Donzère-Mondragon.

Le laboratoire d’analyses ATLAS

Opérationnel depuis 2017, le laboratoire Atlas rassemble en un seul lieu l’ensemble des personnels en charge des activités d’analyses relatives à la qualité produit et à la surveillance de l’environnement. Le bâtiment, conçu pour résister aux risques externes et bénéficiant d’une protection incendie spécifique, regroupe des compétences multiples :

  • Analyses industrielles et support à la production.
  • Analyses du suivi de la production au cours du procédé industriel et contrôle de la qualité des produits.
  • Contrôle de la conformité des effluents vis à vis des autorités réglementaires.
  • Analyses environnementales.
  • Analyses des échantillons prélevés dans l’environnement à l’intérieur et à l’extérieur du site.

La gestion des déchets

 

La gestion des déchets radioactifs s’inscrit dans un cadre législatif et réglementaire rigoureux. Tous les déchets produits sur le site du Tricastin font l’objet d’un contrôle et d’un suivi dont l’objectif est d’assurer leur optimisation, leur maîtrise et leur traçabilité. 

Qu’ils soient de « très faible activité » (TFA) ou de « faible activité » (FA), les déchets radioactifs sont triés et conditionnés en colis sur le site. Ils sont ensuite transférés à destination des filières d’élimination spécialisées de l’ANDRA. Tout au long de ce processus, leur traçabilité est totalement assurée, aussi bien par les exploitants industriels que par l’ANDRA.

90%
des déchets radioactifs produits par les installations du site ont une activité radiologique de Très Faible Activité (TFA)

● Le projet TRIDENT : une station de traitement des déchets mutualisée

Ultra moderne, la nouvelle station permettra d’optimiser la gestion, tant au plan technique qu’environnemental, du traitement des déchets radioactifs du site Orano Tricastin. L’atelier prendra en charge toutes les étapes du traitement depuis la réception des déchets radioactifs à leur entreposage avant expédition vers des centres de stockage agréés.

● Superficie des ateliers : 10 200 m2.
● Capacité de traitement : 2 500 tonnes/an.

● Des projets de démantèlement d’envergure

Le démantèlement des installations historiques du site du Tricastin a débuté en 1996. Il s’agit, notamment, des usines qui ont produit de l’uranium très enrichi pour les besoins de la Défense Nationale, pour le compte du Commissariat à l’Energie Atomique et aux énergies alternatives (CEA).

Le programme de démantèlement se poursuit actuellement avec d’autres installations mises à l’arrêt comme l’atelier de conversion Comurhex I, les installations du CEA ou, encore, l’usine de conversion Eurodif. Les opérations de démantèlement de cette dernière, prévues pour une durée de 30 ans, consisteront déposer et à déconstruire l’ensemble des équipements industriels.

Estimation du démantèlement de l’usine Eurodif
● 106 000 tonnes de déchets conventionnels.
● 205 000 tonnes de déchets radioactifs.
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies. Pour plus d’informations, gérer ou modifier les paramètres des cookies sur votre ordinateur, lisez notre Politique Cookies dans nos mentions légales
J'accepte les cookies