Orano menu

Parcours d'un baroudeur

Responsable du pôle technique dédié au démantèlement de la Hague, rameur océanique sur son temps de loisirs, Rémy Alnet a le goût du grand large, des cultures étrangères et des défis audacieux. Sa plus belle aventure professionnelle avec Orano l’a mené en Chine, où il a participé pendant trois ans à la mise en route de l’EPR de Taishan.
Travailler à l’étranger, c’est du bonheur.

Parcours d'un baroudeur

  • DEA Transfert Thermique et Dynamique des Fluides
  • Ingénieur d’essais ventilation nucléaire, la Hague
  • Chef du service études ventilation nucléaire, la Hague
  • Adjoint chef d’installation traitement des déchets solides, la Hague
  • Pilote de projet à la BU valorisation, la Hague
  • Responsable Département ventilation ingénierie et support essais, Taishan
  • Responsable du pôle technique Direction Opérations Fin Cycle, la Hague

Amoureux de la mécanique et des grands horizons

Rémy est attiré par la technique dès son plus jeune âge. Adolescent, il bricole des motos et assemble des moteurs. Puis se choisit des études sur mesure : DUT de mécanique, Maîtrise sciences et techniques en énergétique, DEA en transfert thermique et dynamique des fluides. Il rêve aussi de nouveaux horizons. Pendant deux ans, le jeune homme enseigne la physique à l’Ecole Royale de l’air de Marrakech, comme coopérant. Cette première immersion à l’étranger le marque durablement.

Rentré en France en 1985, Rémy renonce à un doctorat pour intégrer SGN, filiale de Cogema. Il a trouvé un défi à sa mesure : ingénieur d’essais, il participe à la mise en route des installations de ventilation sur les nouveaux bâtiments de l’usine de la Hague. Un immense projet qui le ravit comportant de forts enjeux techniques et organisationnels.

Au cœur de l’extension de la Hague

Une ambiance dynamique règne sur le Grand chantier qui transforme la Hague au cours de la décennie 80. Rémy y rencontre des jeunes ingénieurs de tous profils. Après avoir travaillé deux ans au démarrage de la ventilation, il passe du domaine des essais à celui des études. L’équipe rassemble trois collaborateurs à son arrivée. L’entité grossit : son effectif monte à vingt. Il en prend la tête en 1990.

Chef du service études ventilation nucléaire, Rémy assume des responsabilités à la fois techniques et managériales. En parallèle, il participe à la rédaction de normes et standards internationaux sur la ventilation en tant qu’expert. Une activité qui l’amène à réaliser une dizaine de missions d’une semaine à l’étranger, aux Etats-Unis, en Allemagne et en Italie.

Le chantier de la Hague a été un contexte très motivant dans mon début de carrière.

Voguer de découvertes en découvertes

En 1998, Rémy se fixe un nouveau challenge technique et managérial : il rejoint le pôle exploitation de la Hague en tant qu’adjoint chef d’installation traitement des déchets solides, où il supervise désormais 114 collaborateurs. Il s’investit pleinement dans ce nouveau poste et domaine.

En 2002, grâce aux connaissances acquises à l’exploitation, Rémy devient pilote de projet à la BU Valorisation : il est en charge de la reprise et du conditionnement des déchets anciens de la Hague. L’occasion, notamment, d’échanger avec les Etats-Unis sur des questions de transferts techniques. Il occupe le poste 10 ans. Le meilleur est à venir : Rémy, qui caressait depuis longtemps le projet de s’expatrier, se voit offrir l’opportunité tant espérée en 2014.

 
33
ans chez Orano
9
postes différents
29
ans sur le site de la Hague
3
ans sur le site EPR de Taishan
5
pays parcourus : Angleterre, Etats-Unis, Allemagne, Italie, Chine
1
langue parlée : anglais

L’EPR de Taishan : l’aventure chinoise

Accompagné de son épouse, Rémy part en Chine pour prendre la responsabilité de l’ingénierie et du support essais de la ventilation du site EPR de Taishan. Son plus gros défi professionnel à ce jour. Certes il retourne à son métier d’origine, mais dans un nouvel univers technique, celui des EPR. Et il doit diriger une équipe cosmopolite, constituée pour moitié de Chinois et complétée par des Européens et Américains.

Pour Rémy, cette expatriation est une expérience fabuleuse. Il apprend à gérer les différences culturelles, fait monter en compétences ses collaborateurs chinois. Il devait rester un an et demi mais séjourne finalement trois ans à Taishan. L’équipe, qui travaille d’arrache-pied, à la satisfaction d’achever son chantier avant celui de Flamanville, amorcé pourtant plus tôt.

Lieu : Chine, Taishan

Objectif : achever la construction et assurer le démarrage de la ventilation de l’EPR de Taishan

Enjeu : contribuer à lancer le premier réacteur de troisième génération au monde

Difficulté : surmonter les différences culturelles d’une équipe cosmopolite, former les ingénieurs chinois sur place

Résultats : l’EPR de Taishan a démarré avec succès le 6 juin 2018

Prêt à repartir pour de nouveaux défis

Depuis l’été 2017, Rémy est de retour à La Hague, comme responsable du pôle technique à la Direction des Opérations Fin de Cycle. Son équipe de 32 collaborateurs vient en soutien au démantèlement des installations les plus anciennes du site.

A titre personnel, il a renoué avec sa passion pour les sports nautiques mise en veille pendant l’épisode Taishan. Créateur du Club d’Aviron de Cherbourg, Rémy est un rameur émérite qui a traversé en solitaire l’Océan Atlantique en 2009 et 2012. Professionnellement, il est prêt à repartir. « Il faut oser bouger. Beaucoup de gens en rêvent mais ne franchissent jamais le pas. Je conseille aux jeunes de saisir les opportunités qui se présentent. S’ils peuvent partir à l’étranger, qu’ils se lancent, c’est une belle aventure ! »

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies. Pour plus d’informations, gérer ou modifier les paramètres des cookies sur votre ordinateur, lisez notre Politique Cookies dans nos mentions légales
J'accepte les cookies