Orano menu

Egalité salariale entre les femmes et les hommes : de bons résultats et des actions à mener

L’index « Egalité salariale entre femmes et hommes » évalue la situation de l’entreprise en la matière. Chez Orano, il permet de constater que les actions menées ont été couronnées de succès, tout en identifiant certaines marges de progrès. En mars dernier, Orano avait publié les résultats d’Orano Cycle, Orano Projets et Orano DS. Cette deuxième publication concerne aujourd’hui les entités Orano Support, Orano Mining, Orano TNI et Orano Témis.
Conformément à la loi « Pour la liberté de choisir son avenir professionnel » du 5 septembre 2018, Orano a établi l’index qui évalue la performance en matière d’égalité salariale entre les femmes et les hommes par le biais de 5 indicateurs (voir encadré ci-dessous), pour chacune des sociétés composant le groupe, avec une notation sur 100.
La réalité virtuelle dans nos projets ! Orano Saint-Quentin-en-Yveline

Après la publication de l’index d’Orano Cycle, Orano Projets et Orano DS le 1er mars 2019, c’est au tour d’Orano Support, Orano Mining, Orano TNI et Orano Témis de voir leurs résultats publiés. 
Ces quatre filiales ont obtenu globalement des résultats satisfaisants compte tenu de la diversité des activités et des missions de chaque collaborateur. Ils montrent néanmoins des progrès à faire pour résorber certains écarts.

Orano Support, Orano Mining, Orano TNI et Orano Témis ont ainsi obtenu respectivement 75/100, 87/100, 83/100 et 83/100. 
De leurs côtés, Orano DS se situaient en mars dernier à 94/100, Orano Projets à 93/100 et Orano Cycle à 84/100.
Si l’on fait l’exercice au niveau du groupe dans sa globalité, nous arrivons à un niveau d’index de 89/100, un chiffre qui permet de constater que les actions menées ont été couronnées de succès, tout en identifiant certaines marges de progrès.  

Un constat et des objectifs ambitieux
Par le passé, le groupe a toujours montré un engagement volontariste en faveur de l’égalité professionnelle. Loin d’être un vœu pieu, cet engagement s’était formalisé par deux accords depuis 2012 qui s’appuyaient sur de nombreuses initiatives incluant entre autres un budget dédié à l’égalité salariale, la mise en place du télétravail, du temps partiel annualisé…. 

Cet engagement est toujours d’actualité ! Il s’est concrétisé par la signature le 18 avril dernier d’un nouvel accord, le premier dans le périmètre d’Orano qui couvre désormais la période 2019 / 2022. « Notre ambition est de mettre en place et de garantir les conditions d’une égalité professionnelle femme/homme tout au long de la carrière, déclarait Philippe Knoche le jour de la signature. Cet accord, signé par l’ensemble des organisations syndicales représentatives du groupe, pose des engagements forts et des objectifs ambitieux pour le futur avec des dispositifs notamment sur les évolutions de carrière, le recrutement ou l’équilibre entre vie professionnelle et vie personnelle ».  

Quels sont ces 5 indicateurs ?

  • Indicateur 1 
Il mesure l’écart de rémunération moyen entre femmes et hommes, par catégorie professionnelle (Ouvriers/Employés/Techniciens et Agents de Maîtrise/Ingénieurs et Cadres), ou par classification de branche et par tranche d’âge (inférieur à 30 ans- entre 31 et 39 ans – entre 40 et 49 ans et supérieur à 49 ans). Ce premier indicateur s’évalue sur un maximum de 40 points.

  • Indicateur 2 
Il mesure l’écart entre le taux d’augmentations individuelles entre femmes et hommes, par grande catégorie professionnelle s’évalue sur un maximum de 20 points.

  • Indicateur 3 
Il mesure l’écart entre le taux de promotions (changement de classifications ou de positions), entre femmes et hommes, par grande catégorie professionnelle. Ce troisième indicateur s’évalue sur un maximum de 15 points.

  • Indicateur 4 
Il mesure le % de salarié(e)s ayant bénéficié d’une augmentation dans l’année de leur retour de congé de maternité ou de congé d’adoption. Ce quatrième indicateur s’évalue sur un maximum de 15 points.

  • Indicateur 5 
Il mesure le nombre de salarié(e)s de sexe sous représenté, parmi les 10 salariés ayant perçu les plus hautes rémunérations. Ce dernier indicateur s’évalue sur un maximum de 10 points.

Ce qui donne au total une note sur 100. Les entreprises qui seraient situées en dessous d’un seuil minimal de 75 sont dans l’obligation d’établir un plan d’actions avec les partenaires sociaux afin d’atteindre, au maximum sous 3 ans, le seuil de 75.
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies. Pour plus d’informations, gérer ou modifier les paramètres des cookies sur votre ordinateur, lisez notre Politique Cookies dans nos mentions légales
J'accepte les cookies